+33 (0)4 78 60 68 79

+33 (0)4 78 60 65 85

Cabinet de recrutement winsearch

Interview d’Emmanuelle Perdrix : co-Dirigeante de Rovipharm et ex-Présidente d’Allizé plasturgie

Interview d’Emmanuelle Perdrix : co-Dirigeante de Rovipharm et ex-Présidente d’Allizé plasturgie


Pourriez-vous vous  présenter en quelques mots ? :

J’ai 46 ans, je suis femme active, mère de trois enfants et accessoirement danseuse de Rock ! Plus sérieusement, je suis Présidente de la société ROVIP et aussi Co Dirigeante de ROVIPHARM.

En parallèle, je suis Vice-Présidente de l’organisation professionnelle Allizé Plasturgie et du groupement d’achats RONAX.

 

 Vous avez été Présidente d’Alizé Plasturgie durant 3 ans (de 2013 à 2016) et vous continuez à exercer actuellement une fonction de VP. ? Pourquoi cet engagement ?

J’ai toujours été  engagée dans des organisations professionnelles et ce, depuis 2002 ;  dans le cadre de mon mandat, j’ai été amenée, notamment, à présider l’OPCA DEFI à Paris durant deux ans. Cet engagement est  ancré en moi depuis longtemps, notre famille a un passif de militant, il est lié à nos convictions. En effet, en tant que Chef d’entreprise d’une PME, il me semble naturel de créer du réseau, de m’engager et défendre l’intérêt collectif.

Toutefois, je n’ai pas souhaité renouveler mon mandat car il m’a fallu faire un choix entre équilibre professionnel et personnel ; une présidence c’est très chronophage. Et puis, en toute transparence, j’éprouve plus de plaisir à me sentir utile, traiter certains sujets liés à l’avancée de nos projets communs chez Allizé qu’à représenter politiquement l’organisation.

 

 Vous représentez le monde de la PMI au sein du secteur de la Plasturgie depuis de nombreuses années, quels sont les mouvements qui traversent  la filière, les innovations à attendre, l’avenir de ces dizaines de PMI encore indépendantes ?

Il se pose un vrai questionnement sur la transmission des entreprises qui sont majoritairement des TPE/PME familiales et qui sont convoitées par de gros acteurs qui, en rachetant et en fusionnant, transforment le marché.  On peut se poser des questions sur l’avenir de nos TPE françaises dans leur configuration actuelle.

Certains vous diront  que les contraintes réglementaires et les décrets sur l’environnement (celui interdisant par exemple la vaisselle jetable dès 2020) ralentissent nos possibilités de développement et que nous rencontrons de plus en plus de difficultés à trouver de la main d’œuvre qualifiée.

Je préfère vous donner une vision plus optimiste. En effet,  l’émergence du 4.0,  l’arrivée du numérique et des imprimantes 3D sont, par exemple, des réelles avancées à intégrer dans notre champ de vision et qui nous challengent au quotidien. Nous sommes dans un secteur que je qualifie encore en croissance, car les mouvements de substitution, qui vont de l’acier-matériaux lourds vers le plastique de plus en plus technique,  restent très fréquents.

Ceci  passe par l’adaptation et la transformation de nos matières de base qui deviennent de plus en plus performantes et qui apportent des propriétés innovantes.

Nous ne vendons plus  de simples pièces plastiques unitaires mais des systèmes et sous-ensembles  de plus en plus complexes, des objets connectés (plastronique), des solutions techniques avec des services associés. C’est un vrai changement de business model.

Notons aussi que le secteur du Packaging laisse encore entrevoir beaucoup de place à l’innovation et au renouvellement

Cette transformation de notre offre nécessite aussi d’embaucher des personnes de plus en plus qualifiées ou de faire évoluer les compétences internes en renforçant nos fonctions supports (R&D, Marketing…).

 

Quels sont les profils les plus difficiles à trouver dans votre domaine d’activité, selon vous pour quelles raisons ?

Selon les localisations, nous rencontrons plus ou moins de difficultés à recruter, mais globalement les profils techniques tels que les techniciens injection ou techniciens maintenance ainsi que les chefs de projets sont des denrées rares !

Ceci s’explique, entre autre chose, par un désamour des nouvelles générations à l’égard de nos métiers. C’est pour moi un problème de notoriété et d’attractivité. Des cursus de formation qui étaient obligés de refuser des candidats sont en sous-effectif depuis longtemps et sont dans l’obligation de fusionner pour remplir leur classe et perdurer.

Nous comptabilisons en moyenne 500 postes ouverts pour, à peine, une centaine de nouveaux diplômés chaque année, tout niveau de formation confondu.

 

Comment est-il envisageable selon vous de mieux valoriser la formation en plasturgie auprès des nouvelles générations ? 

L’image de l’Industrie  en général reste encore trop conservatrice. Pour attirer l’attention des nouvelles générations nous essayons de faire évoluer notre image. Nous avons choisi, par exemple, de participer prochainement au TROPHEE ANDROS en sponsorisant une voiture électrique aux couleurs de la Plasturgie.

 

La Plasturgie semble encore être un domaine très marqué par une présence fortement masculine, pensez-vous que les femmes aient des cartes à jouer, si oui, sur quelles fonctions plus particulièrement ?

Il n’y a pas de fonctions particulièrement attitrées pour les femmes ou pour les hommes !

Mais c’est vrai, la population féminine reste encore positionnée sur des fonctions supports en RH, en Qualité, mais je crois que c’est surtout une question sociétale. En tout cas, au sein de ROVIP, le Comité de Direction est composé majoritairement de femmes et je vois de plus en plus de femmes reprendre le flambeau de leurs parents à la direction de PMI familiales.

Consultez l’actualité de votre cabinet de recrutement :

Nos expertises


Nos fiches métiers


Témoignages




Alexandre Lebreton

Bénéficiaire F3P

Après 20 années d’expérience dans l’industrie sur différents métiers, j’ai eu l’opportunité de réaliser un bilan de compétence avec Winsearch. Nous avons mené une réflexion en profondeur avec une définition du projet professionnel le plus adapté à mon profil, ceci en se basant bien sûr sur des approches techniques (outils) mais également grâce à la recherche de mon « vrai moi ». J’ai particulièrement apprécié l’écoute et l’adaptabilité des consultants et donc les échanges constructifs qui en ont découlés. Nous avons donc pu créer des bases solides de confiance en mes compétences et en moi même, un nouveau départ en quelques sortes.




Christelle Nallet

Human Resources Manager Sales, Mersen

J’ai été très satisfaite de la prestation de Winsearch pour le recrutement de notre Directeur Commercial. À l’écoute de notre besoin, réactif, ils ont su nous proposer assez rapidement des profils ciblés. Les reportings sont réguliers, transparents et l’évaluation des candidats est très sérieuse avec à l’appui des tests de personnalité pertinents.




Bruno Le Bihan

Bénéficiaire F3P

J’ai bénéficié de la prestation « construction de projet professionnel » avec Winsearch dans le cadre d’un projet de création d’entreprise à la suite d’un parcours d’une vingtaine d’année en tant que salarié. J’ai apprécié l’accompagnement reçu sur différents aspects : - La prise en compte de la personnalité grâce à la qualité d’écoute des consultants et à des outils adaptés, - Une approche pragmatique permettant de construire une feuille de route et de disposer d’outils efficaces à des étapes clés du projet, - Les qualités d’accueil de mon interlocuteur qui ont permis de travailler en confiance.


Dernières actualités


Copyright 2016 Winsearch - Mentions légales